Traversé par la lumière (Lumière ?) 2.0

traversé par la lumière Proca
traversé par la lumière Proca
Manticore – hile sur toile – 21 x 29,7 cm

Ce que nous voyons : les contours, les formes, les couleurs, rentrent à notre intérieur.

C’est une pénétration « physique », car il s’agit de lumière, donc d’ondes électromagnétiques, traversant la cornée de notre œil et que la retine transforme en signaux électriques.

Définir le mot « imagination » : le nerf optique transmet les signaux au cerveau.

Ici les informations reçues son élaborées pour « reconstruire l’image » du sujet réel. Donc toute la réalité nous entourant est reconstitué dans une image « imaginé » par notre cerveau pour nous en donner la perception.

En synthèse:

Les rayons lumineux touchent la surface des objets rebondissant de touts les côtés, ce n’est donc que le « reflet » de la réalité qui frappera la rétine, cette dernière produit le signal électrique que le cerveau « range » créant une image à notre intérieur représentative des objets placés à l’extérieur de notre corps.

De même font toutes les manifestations physiques venant de l’espace nous entourant et venant de notre corps aussi : les sons (et voix), les sensations du toucher, les odeurs, les saveurs…

La complexité des informations reçues par notre cerveau, inévitablement, implique l’apparition d’émotions interférant avec le « rendu » de la perception qu’elle ne sera donc pas fidèle à la réalité, donc très subjective.

L’homme, pour communiquer vers l’extérieur de soi-même, utilise la voix et les gestes : Parler, chanter, écrire, dessiner, modeler…  le tout assaisonné d’interjections, mimique faciale, gestuelle posturale, nous en déduisons que « l’expression humaine n’est ni neutre ni objective ».

Comme toute expression humaine, l’œuvre de l’artiste visuel qu’il soit d’une mouvance figurative, abstraite ou conceptuelle, est le résultat de la captation, de la filtration et du mélange des stimulations sensorielles provenant de son environnement, sans limites d’amplitude temporelle (souvenirs, prévisions) et psycho-physique (douleur ou plaisir).

Nous pouvons facilement imaginer le chemin qui peut faire une image, une émotion, un souvenir s’entrechoquant dans le cerveau de l’artiste commandant la main délinéant formes et couleurs… c’est un vrais chemin traversant le corps humain.

La merveilleuse transmutation:

Un rayon impalpable rebondit
perçant la cornée, nage, s’écrase
imprimant une rétine qu’électricité en fait
1 079 252 848,8 de kilomètres à l’heure
vite le cerveau fait ce qu’il peut
et la main dessine

Lorenzo Proca
Paris 6 décembre 2017

 

Traversé par la lumière

Proca
Proca
Détail

La figure, l’image, la forme, par le moyen de la lumière, rentre physiquement en nous, il s’agit bien d’ondes électromagnétiques que notre œil transforme en impulsions électriques, celles-ci est transportés par le nerf optiques dans le cerveau où, l’image, (nous croyons) redevienne telle. De même font les sons et les émotions que finalement se mélangent et interfèrent entre eux… cela n’est pas sans conséquences. Donc les rayons lumineux touchent la surface des objets et rebondissent des tous côtés, donc le « reflet » de la réalité frappe la rétine qu’elle produit les impulsions électriques pour le cerveaux, qui lui les range comme nouvelle Figure, nouvelle Image, nouvelle Forme « semblant du réel », quand elle ressort par main d’artiste nous pouvons affirmer que l’image a bien traversé physiquement et psychologiquement l’homme car d’un côté est entré (l’œil) et d’un autre est sortie (la main) passant pas le cerveaux.

 

Artifex

Proca

Artifex (latin) : Artiste, mais aussi… « scélérat, maître de l’intrigue ».

Mais que-est-que-c’est un artiste ? Serait pas t-il un mage, un chaman, un druide, un sorcier, un prêtre ou un truand ?

Proca
Détail

Qui peignit-il la grotte de Lascaux si non pas le chamanartiste de l’ère préhistorique ? Homme élu, lien entre l’impondérable et la réalité, interprète multilingues éclectique et universel du langage secret de la Nature.

Il y a sans doute des analogies entre l’expression artistique, comme nous l’entendons actuellement, et les expressions religieuses archaïques, le paganisme, le druidisme, le chamanisme : sculpture, peinture, musique et danse, body art aussi, land art, installations… performance tout est déjà existé dans le cadre de l’expression mystique de l’être humain.

Transe et extase, spontanés ou enduite par assomption d’alcool, de drogue… tout ça ressemble beaucoup aux attitudes de certains artistes de l’époque récente, moins fréquents étaient ces usages pour l’artiste antique, mais pas pour le sorcier !

Expo au Bastille Design Center

10171266_710599152341676_221390966602280022_nLe moment de la tant redoutée « rentrée » est passé, on se relaxe et on recommence à visiter les belles expo.

Pour les amateurs d’art Figuration Critique organise, cette année aussi et pour notre plus grand plaisir, l’expo au magique Bastille Design Center.

Cet espace charmant abritera les artistes dans un cadre vintage et riche d’ambiance, Proca y expose pour la troisième fois et sera ravi de vous rencontrer le soir du vernissage, mercredi 17 septembre dès 18 heures.

Le peintre Proca expose deux tableaux hauts en couleurs et au sujet fort:
un être fascinant, ou répugnant selon les sensibilités, mi-poisson mi-humain, le ventre et la bouche ouverts, souvent perçu comme « une sirène inversée » par les visiteurs;
et une femme, lascivement allongée, une re-interprétation du fameux thème « Le rêve de la femme du pécheur ».

Bastille Design Center
74 bd. Richard Lenoir
75011 Paris
du 16 au 20 septembre 2014
vernissage le mercredi 17 septembre dès 18 heures