Logo… rroyque 2

Le logo de Cruelty-Free Kitchen, comme prévu, a eu un bel succès :-D et… une demande spéciale à suivi :
Je reçois un e-mail de Grégory, il me raconte sa singulière expérience politique avec son furet Leonie, son bref mot termine avec l’annonce d’un projet tant exaltant quant utopique… la fondation d’un parti politique en défense des animaux ! Grégory demande mon aide… il a vu le logo de Cruelty- Free Kitchen et, bien avant, celui de Vegan’s Folies (je ne vous avait pas raconté l’histoire de Le mystérieux vol du cupcake vert ?) ainsi me demande de réaliser le symbole du parti… pas de doute, le « thème » m’intrigue, la cause animaliste est aussi la mienne donc, j’accepte. Quelque semaines passent et les « gribouillis » s’entassent, je suis en contact avec Grégory, je lui pose de questions, je cherche avec lui de definir le profil du parti, l’idée est claire mais la mettre dans un logo…
Un jour il me contacte un peu inquiet, un peu trop de temps s’était écoulé sans de mes (du symbole) nouvelles, mes petits Post-it® sont oubliés je ne sais pas où, ma tête est vide… (he oui Grégory), mais heureusement je sais comment vont mes neurones.
– ne te fait pas de soucis Grégory, tu verra, d’un coup j’aurais l’image, comme par magie, ces sont de choses que se passent comme ça…
Un peut inquiet (à raison) Grégory lance:
– tu sais il me faudrait l’avoir pour le… car le temps presse et je dois commencer la promo.
– OK, je répondit d’un ton sûr et insouciant.
Je ne sais pas combien de temps est passé mais très vite les pensées se croisent dans ma tête, des idées fixes, des images fixes, je n’ai pas honte d’affirmer que je n’invente rien, c’est le propos même de mon premier « manifeste », et j’ai souvent l’impression que tel ou tel artiste m’inspire ou me conditionne quand je crée, pas lui en personne mais le souvenir de son œuvre. Donc, qui était cette fois-ci ? Dans mes méandres cérébraux, depuis plusieurs jours, avait fait son nid la « colombe » de Le Corbusier, magnifique exemple plastique de paix, et, tout simplement, un jour la « colombe » s’est envolé laissant son petit, peu après lui aussi prit l’envol en atterrissant sur la feuille blanche que j’avais devant, j’ouvris bien les yeux et dès l’océan, une baleine plongea dans son plumage que cachait déjà un ours ou, un panda, peut-être un chien ? L’oiseau grandit à desmesure, ses ailes s’ouvrirent et la splendeur d’un merveilleux, nouveaux être, réunissant les éléments de la vie, se manifesta. Là il me révéla son nom, Animain, l’espoir d’une main tendue aux animaux que tant l’homme exploite, méprise et tue sans répit.
17 septembre 2012

Le 18 septembre 2012 le Mouvement Citoyen Pour la Défense des Animaux sera officiellement présenté à Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.