Le mystérieux vol du cupcake vert

Au beau milieu de Paris, dans la rue Mouffetard, s’affiche une charmante patisserie à l’anglaise qu’offre aux badeaux le plaisir de se réconforter avec un choix tant original et varié que délicieux, de cupcakes (sucrés ou salés), brownies et cheese-cakes… mystérieusement concoctés sans œufs, ni beurre ou lait…
Au beau milieux de son einseigne trône un flamboyant cupcake vert ! Bien-sûr il s’agit d’une de mes créatures (la direction artistique du projet Vegan Folie’s a toutefois choisi les couleurs et une entreprise spécialisé a réalisé l’einseigne). Fier de la perspective de voir encore une des mes œuvres transpercer, dans la meilleure tradition « contemporaine », les murs qui délimitent l’Art et le design, j’avais ancore accepté de la « création sur commande » comme aux beaux vieux temps de l’antiquité humaine.
Ceux qui sont amis sont aussi ceux qui vous apprécient mieux, dans le bon et le mauvais :sweat: . Mais quand on demande vos talents pour la réalisation d’une créature artistique le pire des cauchemar est décevoir des amis, donc de précautions sont obligées pour préserver ma liberté d’action : carte blanche ! Sans cette condition je ne me jette en aucun projet.

Au beau milieu d’une nuit il arrive qu’au beau milieu de Paris, dans la rue Mouffetard, quelque badeau, charmé par la beauté du cupcake vert, décida de le retirer du beau milieux de son einseigne. À sa place ne restent, sur le noir brillant, que trois points clairs…

Trois points claires pour une infinité de point obscurs : est vraiment Monsieur Personne qui s’est indument approprié du chef d’œuvre ? Ou derriere cet acte se cache un profond secret ? Une secte à la mode ? Les adorateurs du gâteau pointu ou, pourquoi pas, les Illuminati ! Infin la signature de trois points veut bien signifier quelque chose  :quiet:.

Ce n’est pas la prémière fois qu’une des mes œuvres disparait, je crois en 96 ou 17, l’einseigne qu’ornât mon atelier (de joaillerie en ces temps là) disparaissait dans la nuit, il y a longtemps de ça et c’était en Italie, aurait il peut-être une liaison ? Je vous décrit de suite cette pancarte de laquelle n’existent pas de photos, un tableaux en bois (contreplaqué marin) large, je crois, 60 centimètres sur une hauteur de 80, lasuré avec une teinte traditionnelle autrichienne verte sauge, j’avais reproduit un effet de planches assemblées et rongées au bords façon « très vieille pancarte », l’illusion était parfaite. Mis à part les écriteaux le point fort était bien le dessin : un éléphant courant… mieux volant, l’animal, gris, présentait le symbole d’un triangle rayonnant et le tout cerclé en or… le cupcake est pointu, le symbole au milieu du ventre de l’elephant aussi : des « pyramides » retourné ver les cieux…

Alors c’est sont eux ! Nos ancêtres ! Les… extraterrestres, il ne me reste que réaliser le troisième « Sceau » (ou j’en fais cinq, ou même sept… on verra bien) et ils viendront à nouveaux pour le récupérer  :alien:.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.